Lénine de Dominique Colas
Prix : 25 €
ajouter Lénine de Dominique Colas au panier
Je gagne 1 Point-Cadeau
Description
Lénine
Dominique Colas

532 pages
Résumé
« La révolution, c'est la lutte des classes la plus âpre, la plus furieuse, la plus désespérée. Et aussi la guerre civile. » (Lénine, octobre 1917). « Nous épurerons la Russie pour longtemps. » Lénine, Lettre à Staline, 22 juillet 1922. Lénine n'était ni un aventurier avide de pouvoir ni un tyran capricieux. Un seul but motivait cet intellectuel fanatique et habile tacticien : le bonheur de l'humanité grâce à la révolution communiste étendue au monde entier. Elle nécessitait des sacrifices : la lutte des classes sans pitié et le nettoyage de la terre russe. La dictature s'imposa donc, par la guerre, par la terreur, par l'épuration. Mais il est une autre arme dont Lénine s'empara pour instaurer la première dictature d'un parti-Etat : les mots. S'il a lu et annoté Clausewitz, Marx et Engels, il a écrit des milliers de pages - théorisation, propagande, mots d'ordre - qui constituent les archives fondamentales de la révolution russe. Elles sont au coeur de la biographie politique que livre Dominique Colas, restituant l'originalité radicale du bolchevisme. Du coup d'Etat révolutionnaire d'octobre 1917 à la guerre civile, de la tentative d'invasion de la Pologne aux effets du léninisme en France, de l'électrification à la famine, l'auteur fait se répondre les discours et les actes, la réflexion et les combats, et dresse un portrait original de celui qui fut l'acteur central de la dictature bolchevique.
-30%
Staline de JEAN-JACQUES MARIE
Prix : 22,75 €
Prix Public: 32,50 €
ajouter Staline de JEAN-JACQUES MARIE au panier
 
Description
Staline
JEAN-JACQUES MARIE

1004 pages
Résumé
La présence et l'ombre de Staline planent sur l'U.R.S.S., de la révolution d'Octobre en 1917 à la chute de Gorbatchev en 1991, et sans doute encore aujourd'hui. En effet, le stalinisme n'a pas rendu tous ses comptes, son inspirateur non plus. Découvrir l'homme des épurations politiques et physiques, des procès truqués, des millions de morts au cours de la famine de 1932-1933, de la déportation de peuples entiers, des complots, des goulags, du « socialisme dans un seul pays », du pacte germano-soviétique, de la guerre froide et de la terreur généralisée, c'est donc aussi faire l'histoire de ce qui avait pris pour nom le communisme et qui n'était autre que la dictature et le culte de la personnalité. Le rapport Khrouchtchev avait retenti comme un coup de tonnerre, même si l'on savait depuis longtemps qui était Staline ou, tout du moins, de quoi il était capable. Nourrie de documents encore inaccessibles il y a peu de temps, cette biographie éclaire les sources d'un totalitarisme particulièrement sanguinaire.
-30%
Trotsky de PIERRE BROUE - Pierre Broué
Prix : 24,85 €
Prix Public: 35,50 €
ajouter Trotsky de PIERRE BROUE - Pierre Broué au panier
 
Description
Trotsky
PIERRE BROUE - Pierre Broué

1106 pages
Résumé
Quel fut le rôle de cet acteur essentiel de la révolution d'Octobre, et comment ses conceptions idéologiques ont-elles influé sur le cours des événements ? Pourquoi, après avoir été artisan de la fondation de l'armée Rouge, a-t-il été perçu comme un véritable danger pour le pouvoir en place, au point d'être contraint à l'exil ? Théoricien et acteur, révolutionnaire « professionnel » jusqu'à sa mort, Trotsky n'a cessé de défendre l'idée de la « révolution permanente », tandis que Staline optait pour le « socialisme dans un seul pays »... Deux visions de la révolution, mais aussi deux visions de la Russie et de l'exercice du pouvoir totalement irréductibles, qui ont tracé la première ligne de rupture au sein du socialisme soviétique.
-30%
 picto focus vidéo
La Route de la Kolyma de Nicolas Werth
Prix : 14 €
Prix Public: 20 €
ajouter La Route de la Kolyma de Nicolas Werth au panier
 
Description
La Route de la Kolyma
Nicolas Werth

202 pages
Résumé
Durant plus d'un mois, Nicolas Werth, spécialiste reconnu des politiques de violence en U.R.S.S. et de l'histoire du goulag en particulier, et ses compagnons de voyage vont sillonner la Kolyma, région symbole du goulag, la plus éloignée et la plus inaccessible, à la recherche des dernières traces du plus grand ensemble concentrationnaire soviétique. Durant vingt-cinq ans, entre 1930 et le milieu des années 1950, vingt millions de soviétiques sont passés par ces camps, deux millions y sont morts, plus d'un million y ont été exécutés. Nicolas Werth a retrouvé les traces des derniers survivants. Il a visité les rares musées, nés généralement d'initiatives privées, où sont exposés les quelques vestiges de la « civilisation goulagienne » encore conservés. Il a parcouru les pistes de la Kolyma, construites par les détenus eux-mêmes, pour tenter de retrouver les restes des camps de travail forcé, où les détenus extrayaient, dans des conditions extrêmes (- 50°C en hiver), l'or, le cuivre, l'uranium, le cobalt et autres minerais. Une quête souvent vaine, tant les traces se sont effacées dans ce milieu que l'homme n'a jamais véritablement conquis. La nature a repris ses droits, la taïga et la toundra ont englouti les derniers vestiges des camps. Dans ces conditions, comment l'historien peut-il encore appréhender cette civilisation disparue ? A travers les seules archives administratives ? Dans les récits des derniers survivants ? Ce voyage à la recherche de la Kolyma perdue est aussi une réflexion sur le métier d'historien.
La Guerre civile russe de Alexandre Jevakhoff
Prix : 28 €
ajouter La Guerre civile russe de Alexandre Jevakhoff au panier
Je gagne 2 Points-Cadeaux
Description
La Guerre civile russe
Alexandre Jevakhoff

688 pages
Résumé
Prolongement de la révolution russe d'octobre 1917, la guerre civile rassemble l'ensemble des événements qui déchirent l'ancien Empire russe durant plus de cinq années. Elle ne se réduit pas simplement à la prise du pouvoir par les bolcheviks, ni même à l'opposition entre révolutionnaires « rouges », dont les courants sont multiples et les affrontements sanglants, et « blancs », partisans du retour au régime tsariste et tout aussi déchirés. La violence ruineuse du conflit n'est pas due au seul choc des terreurs décidées d'en-haut : cette guerre civile est d'abord un chaos indescriptible et très violent, où l'Etat et la société russes se sont désintégrés sous la poussée de multiples forces centrifuges. Pour mieux cerner les implications profondes de cet événement complexe, et le raconter, il fallait la connaissance intime de l'âme russe d'Alexandre Jevakhoff, ainsi que sa plume. Le résultat de ce travail de longue haleine est exceptionnel : l'auteur livre enfin une étude complète et dépassionnée de ce moment essentiel dans l'histoire du XXe siècle.
Les Français en guerres de François Cochet
Prix : 25 €
ajouter Les Français en guerres de François Cochet au panier
Je gagne 1 Point-Cadeau
Description
Les Français en guerres
François Cochet

544 pages
Résumé
Les Français n'aiment pas la guerre, mais la font souvent. Même quand l'ensemble de la nation se croit en paix, il y a toujours des fractions de son armée déployées quelque part dans le monde et exposant la vie de soldats. Le lien, assez particulier et souvent contradictoire, qu'entretiennent les Français avec la guerre méritait donc largement d'être creusé, sur la longue période, de la défaite fondatrice de 1870 à nos jours. L'histoire militaire a trop longtemps été tenue dans le plus grand mépris en France, soit par suffisance, soit par idéologie. Il s'agit donc ici de proposer une histoire globale du fait guerrier, appuyée sur un travail de confrontation des sources, et de montrer qu'il est possible d'en faire un récit plaisant et argumenté. Et comme pour faire la guerre, il faut des hommes pour combattre, des discours pour légitimer le combat et des techniques pour le mener, ce sont ces trois approches, de 1870 à nos jours, qu'étudie avec érudition François Cochet.
Les Français en guerres de François Cochet
Prix : 25 €
ajouter Les Français en guerres de François Cochet au panier
Je gagne 1 Point-Cadeau
Description
Les Français en guerres
François Cochet

544 pages
Résumé
Les Français n'aiment pas la guerre, mais la font souvent. Même quand l'ensemble de la nation se croit en paix, il y a toujours des fractions de son armée déployées quelque part dans le monde et exposant la vie de soldats. Le lien, assez particulier et souvent contradictoire, qu'entretiennent les Français avec la guerre méritait donc largement d'être creusé, sur la longue période, de la défaite fondatrice de 1870 à nos jours. L'histoire militaire a trop longtemps été tenue dans le plus grand mépris en France, soit par suffisance, soit par idéologie. Il s'agit donc ici de proposer une histoire globale du fait guerrier, appuyée sur un travail de confrontation des sources, et de montrer qu'il est possible d'en faire un récit plaisant et argumenté. Et comme pour faire la guerre, il faut des hommes pour combattre, des discours pour légitimer le combat et des techniques pour le mener, ce sont ces trois approches, de 1870 à nos jours, qu'étudie avec érudition François Cochet.