Tous nos livres d'histoire - Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Ancien Régime, Révolution, XIXe Siècle, XXe Siècle, Religions, Civilisations, Traditions, Histoire immédiate - Club Histoire

Vous êtes ici :  Accueil > XXè siècle > Entre deux Guerres

XXè siècle - Entre deux Guerres

Soupe populaire en Allemagne, 1931.
Ph. © Akg-images.



Exils arméniens de Anouche Kunth
Prix : 23 €
ajouter Exils arméniens de Anouche Kunth au panier
 
Description
Exils arméniens
Anouche Kunth

432 pages
Résumé
L'histoire de l'exil des Arméniens du Caucase s'écrit à hauteur d'hommes et de femmes en fuite. De familles soudées face au danger, parfois séparées. Banquiers, industriels, artistes, professeurs d'université, hommes politiques, membres de professions libérales : tous, vers 1920, quittent leur Caucase natal dans un contexte de répression ciblée à l'encontre des opposants au bolchevisme. Les exilés arméniens sont issus des marges caucasiennes de l'empire des Romanov et appartiennent, par leur rang social et leurs convictions politiques, à ces « gens du passé » que le nouveau régime de Moscou entend liquider. Hors-frontières, leurs trajectoires croisent celles des Arméniens chassés en masse de Turquie. D'une convulsion révolutionnaire à l'autre, ces anciens sujets d'empires connaissent bannissement et dispersion territoriale. Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux trouvent refuge en France au début des années 1920. Les Arméniens du Caucase donneraient-ils à leur exil le sens d'une communauté de destin avec leurs « frères » de l'ancien Empire ottoman ? La réponse ne va pas de soi, tant, face à l'histoire, les différences internes au monde arménien sont profondes. Leur diaspora deviendrait le lieu d'une centralité nouvelle, fondée sur le brassage des individus et sur la construction d'expériences variées en un « grand récit » commun. Un ouvrage sensible, émouvant et magnifiquement écrit, qui résonne avec l'actualité des guerres au Proche-Orient et des exils qui touchent l'Europe d'aujourd'hui.
La Guerre civile russe de Alexandre Jevakhoff
Prix : 28 €
ajouter La Guerre civile russe de Alexandre Jevakhoff au panier
Je gagne 2 Points-Cadeaux
Description
La Guerre civile russe
Alexandre Jevakhoff

688 pages
Résumé
Prolongement de la révolution russe d'octobre 1917, la guerre civile rassemble l'ensemble des événements qui déchirent l'ancien Empire russe durant plus de cinq années. Elle ne se réduit pas simplement à la prise du pouvoir par les bolcheviks, ni même à l'opposition entre révolutionnaires « rouges », dont les courants sont multiples et les affrontements sanglants, et « blancs », partisans du retour au régime tsariste et tout aussi déchirés. La violence ruineuse du conflit n'est pas due au seul choc des terreurs décidées d'en-haut : cette guerre civile est d'abord un chaos indescriptible et très violent, où l'Etat et la société russes se sont désintégrés sous la poussée de multiples forces centrifuges. Pour mieux cerner les implications profondes de cet événement complexe, et le raconter, il fallait la connaissance intime de l'âme russe d'Alexandre Jevakhoff, ainsi que sa plume. Le résultat de ce travail de longue haleine est exceptionnel : l'auteur livre enfin une étude complète et dépassionnée de ce moment essentiel dans l'histoire du XXe siècle.
-30%
 picto focus vidéo
La Route de la Kolyma de Nicolas Werth
Prix : 14 €
Prix Public: 20 €
ajouter La Route de la Kolyma de Nicolas Werth au panier
 
Description
La Route de la Kolyma
Nicolas Werth

202 pages
Résumé
Durant plus d'un mois, Nicolas Werth, spécialiste reconnu des politiques de violence en U.R.S.S. et de l'histoire du goulag en particulier, et ses compagnons de voyage vont sillonner la Kolyma, région symbole du goulag, la plus éloignée et la plus inaccessible, à la recherche des dernières traces du plus grand ensemble concentrationnaire soviétique. Durant vingt-cinq ans, entre 1930 et le milieu des années 1950, vingt millions de soviétiques sont passés par ces camps, deux millions y sont morts, plus d'un million y ont été exécutés. Nicolas Werth a retrouvé les traces des derniers survivants. Il a visité les rares musées, nés généralement d'initiatives privées, où sont exposés les quelques vestiges de la « civilisation goulagienne » encore conservés. Il a parcouru les pistes de la Kolyma, construites par les détenus eux-mêmes, pour tenter de retrouver les restes des camps de travail forcé, où les détenus extrayaient, dans des conditions extrêmes (- 50°C en hiver), l'or, le cuivre, l'uranium, le cobalt et autres minerais. Une quête souvent vaine, tant les traces se sont effacées dans ce milieu que l'homme n'a jamais véritablement conquis. La nature a repris ses droits, la taïga et la toundra ont englouti les derniers vestiges des camps. Dans ces conditions, comment l'historien peut-il encore appréhender cette civilisation disparue ? A travers les seules archives administratives ? Dans les récits des derniers survivants ? Ce voyage à la recherche de la Kolyma perdue est aussi une réflexion sur le métier d'historien.
 picto focus vidéo
Les Rapports de Berlin de Jean-Marc DREYFUS
Prix : 22 €
ajouter Les Rapports de Berlin de Jean-Marc DREYFUS au panier
Je gagne 1 Point-Cadeau
Description
Les Rapports de Berlin
Jean-Marc DREYFUS

232 pages
Résumé
En août 1931, André François-Poncet (1887-1978) est nommé ambassadeur de France en Allemagne. Dans les rapports qu'il transmet à Paris jusqu'à sa nomination à l'ambassade de Rome à la suite des accords de Munich, il pointe les signes avant-coureurs du génocide et de la guerre. Il tente à maintes reprises d'alerter le gouvernement français de l'ampleur et des dangers du national-socialisme. L'historien Jean-Marc Dreyfus a recueilli et classé ces rapports inédits comme autant de témoignages indispensables de la mise en place du projet hitlérien dans le Berlin des années 1930. François-Poncet y relate aussi bien les Jeux Olympiques de 1936 et l'acclamation sans précédent du dictateur, que l'embrigadement de la jeunesse. Se dessine ainsi la persécution progressive des Juifs, depuis le boycott de leurs boutiques à Berlin jusqu'à la saisie des biens de Louis Rothschild et du baron Ephrussi. Ses rapports sont essentiels pour comprendre comment lois après lois l'Allemagne est devenue nazie. « Quand les dieux ont soif, il arrive qu'ils oublient eux-mêmes leur principe et qu'ils choisissent des hommes comme Hitler pour faire d'eux les instruments de leur catastrophe. »

-30%
L'Europe en enfer de IAN KERSHAW
Prix : 18,20 €
Prix Public: 26 €
ajouter L'Europe en enfer de IAN KERSHAW au panier
 
Description
L'Europe en enfer
IAN KERSHAW

640 pages
Résumé
L'été 1914 vit la majeure partie de l'Europe plonger dans une guerre si dévastatrice qu'elle ébranla le système politique et les croyances d'un continent entier. En 1939, les Européens engageaient un second conflit qui allait se révéler pire encore : une guerre où le massacre de civils occupait une place centrale et dont le point culminant fut le génocide des Juifs. Ian Kershaw livre une synthèse magistrale de ce siècle sanglant. Il poursuit le récit de cette séquence fondatrice de notre époque jusqu'au moment où le continent émerge de ses ruines, recomposé en deux blocs. C'est d'abord sur les causes et leur enchaînement fatal qu'il s'interroge, mettant notamment l'accent, pour rendre compte de ce moment catastrophique, sur quatre facteurs : l'explosion du nationalisme ethnique, la virulence des révisionnismes territoriaux, l'acuité des conflits de classe et la crise prolongée du capitalisme.
-30%
 picto focus vidéo
Souvenirs d'une ambassade à Berlin de André François-Poncet
Prix : 16,80 €
Prix Public: 24 €
ajouter Souvenirs d'une ambassade à Berlin de André François-Poncet au panier
 
Description
Souvenirs d'une ambassade à Berlin
André François-Poncet

512 pages
Résumé
De septembre 1931 à octobre 1938, soit durant plus de sept ans, André François-Poncet a occupé l'ambassade de France durant la période-charnière où le destin de l'Allemagne et du monde a basculé. Conjuguant portraits d'une grande acuité, souvent féroces et ironiques, avec récits et analyses magistrales des événements, il offre une lecture incontournable pour quiconque s'intéresse aux « années noires ». Arrivé au moment où la République de Weimar entre en décomposition, il en raconte la fin avec brio, fin accélérée par les complots de cour autour de Hindenbourg, notamment la rivalité entre Papen et Schleicher, qui profite à Hitler. L'ambassadeur est naturellement aux premières loges lors de l'avènement de ce dernier et consacre de substantiels développements à la première année de son « règne », durant lequel il établit implacablement sa dictature (incendie du Reichstag, Nuit des Longs Couteaux, mort de Hindenbourg). Il peut dès lors engager pas à pas la marche à la guerre, violant le traité de Versailles (rétablissement du service militaire, occupation de la Rhénanie) avant d'agresser l'Autriche puis la Tchécoslovaquie (récit haletant de la conférence de Munich). L'ouvrage s'achève par le récit de son dernier entretien avec le Führer dans son « nid d'aigle », prélude à un portrait d'Hitler qui fait autorité par sa finesse et sa lucidité. Chroniqueur exceptionnel, d'une plume trempée dans l'encre de Saint-Simon, François-Poncet décrypte parfaitement les fondements et l'idéologie du régime tout comme la psychologie de ses dirigeants, masquant à l'Occident démocratique sa brutalité pour mieux le diviser tout en jouant avec maestria sur sa peur d'un nouveau conflit. Originellement publié en 1946, ce monument était introuvable depuis un demi-siècle. Jean-Paul Bled en rappelle l'importance dans sa présentation tout en le rendant accessible au grand public par l'établissement de nombreuses notes.
Sur les chemins de terre brune de Frédéric Sallée
Prix : 25 €
ajouter Sur les chemins de terre brune de Frédéric Sallée au panier
Je gagne 2 Points-Cadeaux
Description
Sur les chemins de terre brune
Frédéric Sallée

512 pages
Résumé
De 1933 à 1939, des touristes venus des quatre coins du globe ont sillonné l'Allemagne, flânant de Brême à Heidelberg, mais parcourant également benoîtement les lieux de pèlerinage du nazisme en action, Munich-Nuremberg-Berchtesgaden. Qu'a donné à voir au monde cette Allemagne nazifiée ? Tantôt parodie de voyages-Potemkine autour de mises en scène de « territoires-témoin », tantôt fenêtre entr'ouverte sur l'autoritarisme, elle a su attirer de façon magnétique des sphères aussi variées que les cercles mondains, les anciens combattants, les écrivains, les journalistes, le monde des arts, les grands dirigeants économiques ou les simples anonymes. Des préparatifs jusqu'au retour, les différents temps du voyage révèlent une chronologie propre aux méthodes de séduction mises en place par le IIIe Reich à l'égard de l'étranger. En s'appuyant sur une riche documentation le plus souvent inédite, Frédéric Sallée dresse un tableau riche et nuancé des relations internationales de l'Allemagne nazie. De l'approbation aveugle au rejet inconditionnel d'un séjour en « Hitlérie », la gamme variée des réactions des voyageurs révèle comment l'Allemagne nazie façonna son image aux yeux du monde.
-40%
1930, une année dans l'histoire du peuple juif de Simon EPSTEIN
Prix : 12,90 €
Prix Public: 21,50 €
ajouter 1930, une année dans l'histoire du peuple juif de Simon EPSTEIN au panier
 
Description
1930, une année dans l'histoire du peuple juif
Simon EPSTEIN

352 pages
Résumé
Une croyance erronée circule à propos du judaïsme d'avant la tourmente : les Juifs du monde auraient été à la fois soumis au destin qui allait être le leur, et peu conscients de leur appartenance au judaïsme, soucieux qu'ils auraient été de montrer avant tout leur nationalisme. En faisant un tour d'horizon du judaïsme mondial en 1930, Simon Epstein démontre qu'il n'en est rien, que les Juifs conciliaient très clairement leur appartenance au judaïsme et leur citoyenneté. Il montre aussi tous les efforts que les communautés et organes consistoriaux ont entrepris pour aider les Juifs, les prévenir du danger, etc. Alors pourquoi cette déroute en 1939 ? Simplement parce qu'ils n'avaient pas les moyens de lutter contre l'adversaire qu'était l'Allemagne nazie, dans un contexte où les Occidentaux n'étaient pas disposés à les aider.