Tous nos livres d'histoire - Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Ancien Régime, Révolution, XIXe Siècle, XXe Siècle, Religions, Civilisations, Traditions, Histoire immédiate - Club Histoire

Vous êtes ici :  Accueil > Civilisations > Asie

Civilisations - Asie

Statues de Bouddha, Asie.
Ph. © Taylor Charles / Fotolia.



Au pays du matin calme de Samuel Guex
Prix : 17,15 €
Prix Public: 0 €
ajouter Au pays du matin calme de Samuel Guex au panier
 
Description
Au pays du matin calme
Samuel Guex

384 pages
Résumé
Mais quel est donc le mystère de ce pays étonnant, doté d'une créativité sans limites ? Après les industries lourdes, automobiles, électroniques, la Corée est en passe de réussir dans de nouveaux domaines où on ne l'attendait pas : le cinéma, les livres, la musique. Une conquête mondiale qui hisse désormais le pays au rang des nations les plus développées. La péninsule, qui s'enorgueillit de son histoire plurimillénaire, riche en mythologies et personnages légendaires, se montre toujours prête à relever les défis posés par ses impérieux voisins : le Japon et la Chine. Après son annexion par l'Empire japonais en 1920, la Corée avait disparu de la scène mondiale. Elle ne réapparut qu'avec la guerre de Corée, événement qui résuma longtemps à lui seul notre connaissance de cette région de l'Asie. Au fil des pages, Samuel Guex raconte la longue histoire de ce pays qui, tel un phénix, renaît sans cesse et ne renonce jamais. Mêlant son récit aux débats actuels qui agitent les Coréens - notamment la réunification des deux Corées -, il montre à quel point le passé reste fondamental pour comprendre la modernité de la Corée.
-30%
Histoire de la Chine de John K. Fairbank - Merle Goldman
Prix : 22,40 €
Prix Public: 32 €
ajouter Histoire de la Chine de John K. Fairbank - Merle Goldman au panier
 
Description
Histoire de la Chine
John K. Fairbank - Merle Goldman

756 pages
Résumé
La Chine, dont le bilan historique est partagé entre d'admirables accomplissements et de funestes échecs, a un passé singulier. Et son avenir ne peut être qu'unique. Ainsi John K. Fairbank, qui consacra son existence à penser et écrire l'histoire de la civilisation chinoise, présente-t-il l'empire du Milieu. Scrutant les origines d'une civilisation vieille de quatre mille ans, il donne les clefs de lecture d'une culture toujours fantasmée, pour le meilleur et pour le pire, par les Occidentaux. En effet, comment déchiffrer la coutume si énigmatique des pieds bandés sans connaître les structures sociales et familiales chinoises ? De quelle manière interpréter les relations des différentes ethnies qui font la richesse de ce pays-continent sans cerner le rôle des nomades des steppes à l'époque Yuan ? Comment expliquer les rapports à l'autorité et à l'Etat qu'entretiennent plus d'un milliard d'individus sans s'interroger sur les structures des empires qui ont forgé la société chinoise ? Il faut remonter aux temps troublés des royaumes combattants, se pencher sur le destin des dynasties Song, Ming et Qing, découvrir la foi bouddhiste et la pensée confucéenne, s'intéresser à la révolution nationaliste et à la Longue Marche, clarifier les enjeux de la prise de pouvoir de Mao Tsé-toung ou de la Révolution culturelle. Car comprendre la Chine sans connaître son histoire est une gageure. Il fallait cependant la hauteur de vue et le talent de conteur de Fairbank pour éclairer les tendances à long terme et les réalités contemporaines qui façonneront le futur de la Chine et celui du reste de la planète.
-40%
Moderne sans être occidental de Pierre-François Souyri
Prix : 15 €
Prix Public: 25 €
ajouter Moderne sans être occidental de Pierre-François Souyri au panier
 
Description
Moderne sans être occidental
Pierre-François Souyri

496 pages
Résumé
On a longtemps cru que la modernité était la forme particulière prise par le développement historique de nos sociétés. Dans le cas du Japon, on pensait que, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, il s'inspirait de la civilisation occidentale pour industrialiser le pays. Selon Pierre-François Souyri, l'histoire récente montre au contraire que la modernité telle que nous la concevions n'était que l'aspect particulier d'un phénomène mondial. Au Japon, la modernité a éclos sur le terreau de la pensée japonaise et chinoise au moins autant que sur des références venues d'Occident : dans les années 1880, la lutte pour la liberté et les droits du peuple et pour un régime constitutionnel s'inspire des classiques chinois plus que de la pensée rousseauiste ; celle contre la destruction de la nature par le système industriel puise ses références dans une cosmologie de l'harmonie entre la nature et l'homme ; le féminisme, qui émerge dès les années 1910, tire nombre de ses références dans le shintô ; et le premier socialisme s'inspire de formes de pensée largement confucéennes. Par ses remplois d'idéologies du passé, la modernisation japonaise oblige à relativiser le statut exemplaire de l'expérience occidentale. Cette modernisation a de fait fonctionné autant comme anti-occidentalisation que comme occidentalisation. Et, aussi bien, son rythme et les questionnements qu'elle suscite ont été identiques à ceux de l'Occident. Pierre-François Souyri peut dès lors poser ce souriant paradoxe : une grammaire commune de la modernité peut puiser à des racines différentes.