Tous nos livres d'histoire - Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Ancien Régime, Révolution, XIXe Siècle, XXe Siècle, Religions, Civilisations, Traditions, Histoire immédiate - Club Histoire

Vous êtes ici :  Accueil > XXè siècle



-30%
Apocalypse Verdun de Daniel Costelle - Isabelle Clarke
Prix : 20,90 €
Prix Public: 29,90 €
ajouter Apocalypse Verdun de Daniel Costelle - Isabelle Clarke au panier
 
Description
Apocalypse Verdun
Daniel Costelle - Isabelle Clarke

176 pages
Résumé
Le 21 février 1916, les Allemands lancent l'offensive sur Verdun. S'ensuivent neuf mois de combats. A l'occasion du centenaire de la bataille, ce livre, qui suit un documentaire diffusé sur France 2 l'an dernier, dévoile les dessous d'une guerre impitoyable, détaille les opérations allemandes et françaises, offre des focus sur divers sujets, décrit les conditions de vie déplorables des poilus et présente les « exploits » technologiques. Composé de photographies, colorisées pour les besoins du film, cet ouvrage permet une immersion dans la vie des tranchées et livre un éclairage nouveau.
-5%
Atlas de la Shoah de Georges BENSOUSSAN
Prix : 18,95 €
Prix Public: 19,90 €
ajouter Atlas de la Shoah de Georges BENSOUSSAN au panier
 
Description
Atlas de la Shoah
Georges BENSOUSSAN

96 pages
Résumé
En une centaine de cartes et infographies, cet atlas inédit décrit la tragédie du XXe siècle : la Shoah. Enracinée dans l'histoire, la Shoah demeure en effet souvent déconnectée de la géographie, alors que celle-ci seule donne à voir les dimensions de la catastrophe. En particulier sur ses racines intellectuelles, la vision géopolitique allemande de la fin du XIXe siècle, la diffusion de l'antisémitisme en Europe à la même époque - l'importance du judaïsme européen en 1939, le rôle pivot de la Pologne dans le processus génocidaire -, la quasi coïncidence des massacres avec l'ancienne « zone de résidence » de l'Empire russe, comme la coïncidence entre les régions touchées par les massacres ethnocidaires (pogroms) de la guerre civile (Russie-Ukraine) et la zone de déploiement des Einsatzgruppen. Le lecteur observe ici que le génocide n'est pas un massacre spontané, mais une entreprise organisée qui engage les ressources d'un grand Etat dans une politique planifiée de tueries et de spoliations à grande échelle.
-63%
Au combat de Jesse Glenn Gray
Prix : 3,90 €
Prix Public: 10,50 €
ajouter Au combat de Jesse Glenn Gray au panier
 
Description
Au combat
Jesse Glenn Gray

297 pages
Résumé
Pourquoi et comment les hommes combattent-ils ? Quel est le sens de la guerre ? Cette expérience humaine incomparable est ici analysée avec lucidité et humanité. Plus qu'un livre de témoignage, il s'agit ici de « penser la guerre », de penser en temps de guerre, malgré la violence et la mort. Un matin de 1941, J. G. Gray apprend en même temps qu'il est nommé docteur en philosophie et incorporé dans l'armée. Durant quatre années, combattant en Afrique du Nord, en Italie et en France, il notera dans un carnet ses impressions. Quatorze ans plus tard, en se replongeant dans ses notes, il médite sur ce qu'il a vécu et nous livre une analyse pleine d'humanité, sans rien occulter de l'impact réel qu'eut la guerre sur les hommes en général et sur lui en particulier. Loin de seulement vivre l'expérience de la guerre, il cherche à la comprendre et à transposer par écrit ce qu'il en retire. Il nous livre ce que fut le quotidien d'un jeune appelé : passage de l'état civil à celui de combattant, loyauté avec ses compagnons d'armes, tendance à déshumaniser l'ennemi, sentiment d'exaltation et même de libération lorsque les hommes se jettent ensemble dans la bataille, moment que, paradoxalement, ils ne voudraient pas avoir manqués. Cette invitation à nous défaire de la justification morale offerte aux soldats par leurs victoires sur les totalitarismes nous pousse à réexaminer l'expérience de guerre en ne niant aucune réalité et à comprendre pourquoi « bien des gens craignent autant aujourd'hui une voie vide et morne qu'une grande guerre » (Hannah Arendt).
Beria de Thaddeus Wittlin
Prix : 24 €
ajouter Beria de Thaddeus Wittlin au panier
 
Description
Beria
Thaddeus Wittlin

486 pages
Résumé
Originaire de Géorgie, comme Staline, Lavrenti Beria intègre au début des années 1920 la Tcheka, première police politique soviétique. En 1926, il dirige la répression du mouvement nationaliste géorgien, s'attirant ses premières distinctions. Dans les années 1930, alors qu'il prend le contrôle du parti communiste géorgien, il est déjà un homme de confiance de Staline. Il orchestre les purges d'avant-guerre et, à partir de 1938, prend la direction du N.K.V.D. - police politique préfigurant le K.G.B. -, où il fait régner la terreur. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Beria est responsable de nombreux crimes de guerre - en particulier le massacre de Katyn - et de déportations massives.
-30%
 
Canaris de Eric KERJEAN
Prix : 14,70 €
Prix Public: 21 €
ajouter Canaris de Eric KERJEAN au panier
 
Description
Canaris
Eric KERJEAN

240 pages
Résumé
Rares sont les hommes dont le parcours semble aussi ambigu que celui de l'amiral Canaris. Incontestablement, cet ami intime de Heydrich a fait de l'Abwehr, les services secrets militaires de Hitler, une redoutable machine de domination au service du IIIe Reich. Et pourtant, dès 1938, Canaris réussit à s'imposer comme la figure tutélaire de la résistance au sein de la Wehrmacht. Il est vrai que, sans jamais intervenir directement dans les projets de l'opposition, le chef de l'Abwehr a toujours eu connaissance de son existence et de ses objectifs. C'est pourquoi, de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à aujourd'hui, journalistes et historiens le présentèrent comme le chef de file de la résistance allemande au Führer. Faux, rétorque Eric Kerjean : il est le parfait nazi, convaincu, déterminé et loyal. La « résistance » de Canaris est un mythe. Grâce à une relecture complète des archives et à travers un récit digne d'un roman d'espionnage, l'auteur démontre que ce maître du double jeu laissa en réalité son service de renseignements se transformer en haut lieu de la résistance pour mieux la contrôler. Génie du contre-espionnage, il l'intégra comme un espion infiltre un groupe ennemi : pour le manipuler et l'empêcher d'agir. Contrairement à la vulgate qui fait de Canaris un traître à Hitler, il fut son meilleur serviteur et son plus grand protecteur.
-40%
Carnets de la drôle de guerre de Jean-Paul Sartre
Prix : 14,10 €
Prix Public: 23,50 €
ajouter Carnets de la drôle de guerre de Jean-Paul Sartre au panier
 
Description
Carnets de la drôle de guerre
Jean-Paul Sartre

528 pages
Résumé
Mobilisé comme nombre d'hommes de sa génération, à trente-quatre ans, Jean-Paul Sartre est un soldat déjà « âgé ». De plus, son statut d'intellectuel et de philosophe fait de lui un individu tout à fait à part. Cette guerre, à laquelle il se trouve involontairement mêlé, fait naître en lui des réflexions multiples. Il livre ainsi ses états d'âme, son étonnement face à l'institution militaire, les réflexions que suscitent cette guerre étrange et l'éventualité d'être tué - alors qu'il ne participe à aucun combat. Il rend également compte de ses lectures, et même de ses relations avec les femmes de sa vie. Dès cette période, Sartre adopte l'attitude « décalée » qui sera la sienne durant tout le conflit.
-30%
Ceux du Nord de Patrick CHAUVEL
Prix : 20,90 €
Prix Public: 29,90 €
ajouter Ceux du Nord de Patrick CHAUVEL au panier
 
Description
Ceux du Nord
Patrick CHAUVEL

160 pages
Résumé
La guerre du Viêtnam a duré vingt et un ans et a opposé le Sud-Viêtnam, appuyé de façon massive, à partir de 1962, par les Etats-Unis, au Nord-Viêtnam, que soutenaient la Chine populaire et l'U.R.S.S. Ce fut sans conteste l'âge d'or du journalisme de guerre : tous les combats furent « couverts » par des photoreporters du monde entier, qui contribuèrent à susciter l'indignation et la contestation sans précédent d'un conflit. Pourtant, nul n'avait jamais vu les oeuvres des photographes du Nord, qui travaillèrent sous des tapis de bombes des B52 américains, au beau milieu de combats intenses le long de la fameuse piste Ho-Chi-Minh, et lors de terribles assauts, à Hué et Khe Sanh notamment. Ces centaines d'hommes étaient engagés dans la propagande au sein de l'Agence vietnamienne d'information (A.V.I.) et faisaient, sans le savoir, de l'art. Chu Chi Thanh était connu comme « le roi du champ de bataille ». Il y eut aussi, entre autres, Doan Cong Tinh, Luong Nghia Dung, Hua Kiem, Vu Ba... Pour la première fois, cent cinquante photographies-témoignages sont réunies dans ce livre.
-30%
Chelmno de Patrick Montague
Prix : 17,15 €
Prix Public: 24,50 €
ajouter Chelmno de Patrick Montague au panier
 
Description
Chelmno
Patrick Montague

376 pages
Résumé
Situé près de Lodz, en Pologne, le camp de Chelmno fut établi à l'initiative d'Arthur Greiser, gouverneur de la province, afin de résoudre un « problème juif local ». Sans barbelés, sans rangées de baraquements, sans miradors, le camp était dépourvu des éléments communément associés aux camps de concentration ou d'extermination. Doté d'une capacité limitée et fonctionnant avec trois camions à gaz, les victimes étaient acheminées dans le camp, tuées et leurs restes jetés dans des fosses : il s'agit là de la première véritable usine de mort du genre avec comme objectif initial l'extermination de cent mille personnes - enfants, vieillards et malades, considérés comme des « bouches inutiles ». Le modèle de Chelmno fut repris et « amélioré » dans les camps de l'Aktion Reinhard - processus industriel de mise à mort dans des centres de tueries -, pour résoudre cette fois un « problème juif européen ». Chelmno, qui fonctionna à partir du 7 décembre 1941 et continua durant des périodes distinctes jusqu'en janvier 1945, fut donc une étape essentielle vers le meurtre de masse et annonce la Solution finale en Europe. Extrêmement fouillée et documentée, cette étude est l'aboutissement de vingt ans de travail. Le camp de Chelmno a jusqu'à présent été peu étudié : cette publication met pour la première fois en lumière les tâtonnements et les hésitations des tueurs, puis explore point par point la mise en oeuvre de la destruction du coeur du judaïsme européen.
-40%
Chiang Kaï-shek de Alain Roux
Prix : 18 €
Prix Public: 30 €
ajouter Chiang Kaï-shek de Alain Roux au panier
 
Description
Chiang Kaï-shek
Alain Roux

656 pages
Résumé
En ce jour du 25 novembre 1943, il est là, sur la photographie, aux côtés de Churchill et Roosevelt lors de la conférence du Caire qui doit décider du sort du Japon. Il fait alors partie, avec Staline, de ceux qu'on appelle les « Quatre Grands ». Pourtant, la vie de Chiang Kaï-shek (1887-1975) s'est vue éclipsée par l'ombre de Mao, son rival de toujours, qui l'obligea à quitter la Chine pour un exil de vingt-cinq ans à Taïwan. Personnage complexe, tout en demi-teinte, Chiang est à la fois cet aventurier des bas-fonds de Shanghai qui risque sa vie en se portant au secours de Sun Yat-sen, ce jeune homme ambitieux qui répudie femme et concubines pour épouser la belle-soeur de ce dernier, l'influente et ravissante Meiling, qui lui sert de conseiller occulte auprès des Etats-Unis, ce « général rouge » au service des puissances étrangères qui massacre sans pitié ses alliés communistes en 1927, ce chef d'armée qui résiste avec courage à l'agression japonaise (1937-1945), mais sort de la guerre affaibli par les revers militaires et le délabrement de son pays, et ce président balayé par une révolution radicale, faute d'avoir entrepris à temps les réformes nécessaires, et qui s'obstine à maintenir sa dictature à Taïwan pour reconquérir une Chine continentale perdue. Une biographie monumentale qui redonne à cette figure majeure du XXe siècle la place qu'elle mérite dans l'histoire.
Churchill et la France de Christian Destremau
Prix : 16,80 €
Prix Public: 0 €
ajouter Churchill et la France de Christian Destremau au panier
 
Description
Churchill et la France
Christian Destremau

416 pages
Résumé
Winston Churchill est incontestablement le plus francophile de tous les dirigeants étrangers de la Seconde Guerre mondiale. Il faut dire que la relation entre les Churchill et la France a de profondes racines : on compte dans la généalogie de Winston des ascendants français à la fois du côté de son père et de sa mère. La grand-mère maternelle de Winston Churchill est une Américaine aimant les mondanités et ayant vécu à Paris de 1867 à 1873, ce qui explique qu'à l'instar de sa mère, il parle très tôt le français. C'est ensuite par ses activités politiques et militaires qu'il ne cessera d'entretenir des liens particuliers avec la France, jusqu'à la rencontre historique avec De Gaulle. Enfin, ce sont ses intérêts d'homme qui l'ont poussé à venir et revenir en France, admiratif d'une culture et d'un savoir vivre différent, comblé, surtout, par la beauté des lieux. Christian Destremau, en croissant les sources britanniques et françaises, donne à lire cette relation unique. Il en ressort un Churchill très humain, en un temps ou la France regardait encore avec admiration de l'autre côté du Chanel.
Comment sont-ils devenus résistants ? de Robert Gildea
Prix : 27 €
ajouter Comment sont-ils devenus résistants ? de Robert Gildea au panier
Je gagne 1 Point-Cadeau
Description
Comment sont-ils devenus résistants ?
Robert Gildea

560 pages
Résumé
Pour De Gaulle, la Résistance est militaire et masculine, et s'appuie sur le peuple de France, unanime, qui se libère. Pour les communistes, c'est le peuple en armes acharné à lutter coûte que coûte contre les Allemands. Ce livre montre la réalité des résistants que l'histoire a rendus invisibles, leurs motivations, leurs premiers regroupements par cercles de connaissances, leurs luttes internes entre mouvements et réseaux. Femmes, catholiques, protestants, juifs, communistes, gaullistes, pétainistes anti-allemands, Français, Espagnols, Polonais, Italiens, Allemands anti-nazis, agents britanniques et américains : voilà la longue liste des combattants de l'ombre.
-50%
Conversations Hitler-Mussolini de Pierre Milza
Prix : 12 €
Prix Public: 24 €
ajouter Conversations Hitler-Mussolini de Pierre Milza au panier
 
Description
Conversations Hitler-Mussolini
Pierre Milza

408 pages
Résumé
De juin 1934 à juillet 1944, Hitler et Mussolini se sont rencontrés à dix-huit reprises, accompagnés le plus souvent de leur ministre des Affaires étrangères, Ribbentrop pour l'Allemagne, Ciano pour l'Italie. Que se sont-ils dit ? De quoi ont-ils parlé ? Et en quelle langue, car il ne faut pas oublier que si le Duce pratiquait assez couramment la langue de son interlocuteur, celui-ci ne s'exprimait qu'en allemand. Pour examiner cette question, l'historien dispose, conservés dans les archives diplomatiques des deux pays, des procès-verbaux des réunions au sommet. Certes, mais leur principal interprète, Paul Otto Schmidt, nous le dit : il s'agit de documents rédigés par lui-même, captés à l'écoute d'un Führer tonitruant, dont les péroraisons, véritables déluges logomachiques, pouvaient durer plus de deux heures, puis traduits en italien et soumis à la lecture sourcilleuse des deux dictateurs. Heureusement, les sources « secondaires » ne manquent pas (Mémoires, correspondances, témoignages divers), qui nous permettent de suivre au jour le jour, et jusque dans les moindres détails, le déroulement des entretiens entre Mussolini et Hitler, et de mieux comprendre comment deux personnages aussi dissemblables ont pu développer et entretenir jusqu'à la fin de leur vie une complicité dans le crime le plus monstrueux qu'ait connu l'histoire de l'humanité.
Corap de Max Schiavon
Prix : 23,50 €
ajouter Corap de Max Schiavon au panier
Je gagne 2 Points-Cadeaux
Description
Corap
Max Schiavon

404 pages
Résumé
Issu d'un milieu très modeste, André Corap est un élève surdoué qui sort premier de Saint-Cyr, le plus jeune de sa promotion. Il est brillant, audacieux, et toute sa carrière n'est qu'une suite de réussites. Promu général en 1929, il est d'abord chef d'état-major du général Weygand, puis commande successivement la division d'Alger et les troupes du Maroc. En 1937, il est placé à la tête de la deuxième région militaire à Amiens où il prépare du mieux qu'il peut la guerre qu'il voit venir et annonce depuis longtemps. A l'automne 1939, il prend le commandement de la neuvième armée et la mène à la bataille en mai 1940 entre Namur et Charleville-Mézières. Mais ses unités disparates et mal équipées ne font pas le poids face aux corps blindés d'élite de la Wehrmacht. Qui était vraiment André-Georges Corap ? A-t-on perdu la guerre de 1940 à cause de lui ? Quelles responsabilités porte-t-il ? Telles sont les questions auxquelles Max Schiavon, avec érudition et talent, répond dans le présent ouvrage.
-20%
Dénaturalisés de Claire Zalc
Prix : 19,20 €
Prix Public: 24 €
ajouter Dénaturalisés de Claire Zalc au panier
 
Description
Dénaturalisés
Claire Zalc

400 pages
Résumé
« La France aux Français ! » : ce fut l'une des premières mesures mises en oeuvre par le gouvernement de Vichy. Les dénaturalisations ont été prévues par la loi du 22 juillet 1940. Cette loi, rétroactive, visait potentiellement tous les Français naturalisés depuis 1927 : plusieurs centaines de milliers de personnes, peut-être un million. A partir d'une étude d'une ampleur inédite dans les archives nationales et locales, Claire Zalc livre une puissante analyse des effets de la loi du 22 juillet 1940, la signification qu'elle a prise pour ceux qui l'ont appliquée (magistrats de la commission de Révision des naturalisations, préfets, maires, etc.) jusqu'à ses conséquences pour ceux qui l'ont subie et se sont vus retirer la nationalité française. Si la loi est silencieuse sur les motifs du retrait de la nationalité et ne mentionne pas les Juifs, la conclusion de Claire Zalc est sans appel : « La mention israélite non seulement identifie, signale, stigmatise, mais surtout, elle établit la décision. » Les Français originaires d'Europe de l'Est, supposés juifs, ont été les plus visés : ainsi se dessinent les visages des « mauvais Français ». Si quinze mille personnes ont finalement été déchues de la nationalité, ce sont des dizaines de milliers d'autres qui ont été ciblées par l'enquête administrative et policière, rendant les Juifs plus visibles, plus vulnérables aux persécutions et à la déportation. Claire Zalc établit aussi nettement que le refus opposé par Vichy à la pression des autorités allemandes en faveur d'une dénaturalisation de masse en 1943 ne résultait pas d'une volonté de protection des naturalisés, mais du souci d'affirmer sa souveraineté et de conserver jusqu'au bout la maîtrise du processus.
Dénoncer les Juifs sous l'Occupation de Laurent JOLY
Prix : 25 €
ajouter Dénoncer les Juifs sous l'Occupation de Laurent JOLY au panier
Je gagne 1 Point-Cadeau
Description
Dénoncer les Juifs sous l'Occupation
Laurent JOLY

248 pages
Résumé
Omniprésente dans l'imaginaire lié à la France des années noires, la dénonciation des Juifs n'avait pourtant jamais fait l'objet d'une étude systématique. L'ouvrage de Laurent Joly vient combler cette lacune, croisant approche institutionnelle et études de cas individuels. Il examine tour à tour le rôle de la dénonciation dans les pratiques du commissariat général aux Questions juives, de la Gestapo, de la préfecture de police et d'Au Pilori, principal organe de délation et de chantage sous l'Occupation. Ayant mis au jour les archives judiciaires concernant les deux cent quarante Parisiens jugés pour dénonciation de Juifs à la Libération, Laurent Joly s'interroge sur la figure du délateur, décrypte sa mentalité, ses mobiles, ses justifications. C'est tout un pan de la vie et de la persécution des Juifs à Paris qui est ainsi ressuscité : des contextes sociaux conflictuels ou des stratégies de sauvetage anéanties aux vengeances sordides qui se donnent libre cours jusqu'aux dernières heures de l'Occupation.