Trésors érotiques japonais du musée Guimet

Collectif

Les plaisirs de la chair ne sont jamais loin. Ils ont envoûté nombre d'artistes japonais et nourri une part non négligeable de leur création. Les cent deux oeuvres - estampes, photographies, miniatures - présentées au musée national des arts asiatiques-Guimet en témoignent. La prostituée « mousquet » (teppô) de Kitagawa Utamaro (1763-1806) qui dévoile sa superbe poitrine ne nous laisse-t-elle pas envisager de délicieux moments ? D'une beauté moins dévastatrice et d'une pose plus sereine sont les deux femmes endormies d'une épreuve à l'albumine sur papier qui date du XIXe siècle. Quant à ce palefrenier tatoué du cou au milieu des cuisses et seulement vêtu d'un cache-sexe noué dans le dos, il étonne davantage que ce couple de Dans la barque de Suzuki Harunobu (1725-1770) qui fornique sans retenue sous un filet de pêche... Lire la suite

216 pages | Reliure cartonnée illustrée | Format: 120x175

Chapeau

Citation presse

Haut de page