Les Fils de princes

Jean-Luc Domenach

A partir de 1927, les leaders communistes ne sont plus en sécurité, les troupes de Tchang Kai-shek se sont retournées contre eux et ils sont contraints de s'exiler, lors de la Longue Marche, vers les régions les plus désolées de la Chine. Pour protéger leurs enfants, les Mao ou Zhou Enlai s'en séparent. Certains sont abandonnés à des parents éloignés ou à de simples paysans dans les rudes campagnes du nord, souffrant de famine et de froid. D'autres plus chanceux, sont envoyés un U.R.S.S. où ils seront formés. Ce fut le cas de Mao Anging, et de Mao Anying, dit Sergueï, les deux enfants du Grand Timonier. Après 1949, une fois leurs parents au pouvoir, tous ces fils de prince sont rappelés à Pékin, rejoignant une famille dont ils ont été longtemps séparés. Souvent leur mère a été remplacée par une seconde épouse qui a engendré d'autres enfants. Tous vivent dans un même cercle fermé, derrière les Murs rouges, avant d'intégrer les meilleures universités du pays. Les familles s'entremêlent, et une véritable caste se constitue. Revenus au pays quelques années après la Révolution culturelle, ces héritiers incarnent l'unique espoir d'avenir de leurs parents, des vieillards affaiblis et moribonds. Forts de leurs épreuves, ils vont reprendre les rênes de l'Empire du Milieu. Ce livre raconte pour la première fois les enfances tragiques et les adolescences douloureuses de ces fils de dirigeants. Il explique leur ascension entre élites mondiales, combines commerciales et règles rituelles d'une bureaucratie post-totalitaire. Lire la suite

272 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 132x215

TX CH 2#xA;A partir de 1927, les leaders communistes ne sont plus en sécurité, les troupes de Tchang Kai-shek se sont retournées contre eux et ils sont contraints de s'exiler vers les régions les plus désolées de la Chine. Pour protéger leurs enfants, les Mao ou Zhou Enlai s'en séparent. Certains sont abandonnés à des parents éloignés ou à de simples paysans dans les campagnes du nord, souffrant de famine et de froid. D'autres plus chanceux sont envoyés un U.R.S.S. où ils seront formés. Ce fut le cas de Mao Anging, et de Mao Anying, dit Sergueï, les deux enfants du Grand Timonier. Ce livre raconte les enfances tragiques et les adolescences douloureuses de ces fils de dirigeants.

Chapeau

Citation presse

Haut de page