La Mort des Césars

Joël Schmidt

Il est d’usage de prétendre que l’approche de la mort reflète toute une vie qui défile alors rapidement. Les empereurs romains, racontés ici par leur fin, illustrent particulièrement cette constatation — soit quelque soixante et onze empereurs, depuis César en 44 avant J.-C., jusqu’à Romulus Augustulus en 476 après J.-C. Assassinats, maladies, lentes agonies, suicides ou parfois fins glorieuses face à l’ennemi rythment les derniers souffles de ceux qui régnèrent pendant un demi-millénaire sur l’ensemble du monde connu. Pour chacun de ces empereurs, c’est souvent l’heure du bilan de leurs vies et de leurs règnes, qu’au milieu de leurs fièvres, de leurs cauchemars et de leurs rêves, de leurs souffrances, de leurs peurs, de leurs remords, de leurs colères et parfois de leurs dernières férocités, ils tentent d’évaluer. L’auteur leur a souvent donné la parole et a cherché à deviner ce qu’ont pu être leurs pensées ultimes. Leurs morts éclairent leurs vies. Elles humanisent en quelque sorte cet empire dont ils ont été les maîtres absolus. Lire la suite

336 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x210

Chapeau

Citation presse

Coulisses

TX CH 2#xA;Il est d’usage de prétendre que l’approche de la mort reflète toute une vie qui défile alors rapidement. Les empereurs romains, racontés ici par leur fin, illustrent cette affirmation — soit quelque soixante et onze empereurs, depuis César en 44 avant J.-C., jusqu’à Romulus Augustulus en 476 après J.-C. Assassinats, maladies, lentes agonies, suicides ou parfois fins glorieuses face à l’ennemi rythment les derniers souffles de ceux qui régnèrent pendant un demi-millénaire sur l’ensemble du monde connu. Pour chacun de ces empereurs, c’est souvent l’heure du bilan de leurs vies et de leurs règnes, qu’ils tentent d’évaluer au milieu de leurs fièvres...

Haut de page