Rendez à César... Eglise et pouvoir. IVe-XVIIIe siècle - GLM

Françoise Hildesheimer

Au sein du vieux couple spirituel-temporel, Dieu l'emporte ordinairement, César faisant plutôt figure d'entrave à l'élévation des âmes. Cependant, la quête d'un « royaume qui n'est pas de ce monde » s'accompagne, dès les origines, d'une véritable réussite matérielle de l'Eglise terrestre. Contradiction avec l'idéal initial ? Certes non, puisque cette manne doit être partagée avec les pauvres, considérés comme autant d'images de Dieu... Ce bel évangélisme se heurte à la réalité de l'institution. L'Eglise est en rivalité avec le Pouvoir pour la domination du monde. Les questions que cet affrontement pose sont multiples. Au nom de quels principes le pouvoir spirituel peut-il commander ? Avec quelles forces ? A quoi peut bien servir un pape ? Pourquoi les richesses de l'Eglise échapperaient-elles à un pouvoir civil toujours plus autoritaire et impécunieux ? Après les grands affrontements médiévaux du Sacerdoce et de l'Empire se met en place, dans la France d'Ancien Régime, une solution dite « gallicane » qui fait du Roi Très Chrétien le véritable chef de l'Eglise nationale. Cette « alliance du trône et de l'autel » placera la gestion temporelle en son centre, si bien que l'un sombrera avec l'autre à la Révolution. Avec le rappel de ce parcours temporel, cet essai veut constituer le contrepoint d'une histoire religieuse qui le minimise trop souvent, afin de mieux mettre en lumière les conditions matérielles d'un essor spirituel et artistique sans pareil. Lire la suite

400 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 152x240

Chapeau

Citation presse

Coulisses

Au sein du vieux couple spirituel-temporel, Dieu l'emporte ordinairement, César faisant plutôt figure d'entrave à l'élévation des âmes. Cependant, la quête d'un « royaume qui n'est pas de ce monde » s'accompagne, dès les origines, d'une véritable réussite matérielle de l'Eglise terrestre. Contradiction avec l'idéal initial ? Certes non, puisque cette manne doit être partagée avec les pauvres, considérés comme autant d'images de Dieu... Ce bel évangélisme se heurte à la réalité de l'institution. L'Eglise est en rivalité avec le Pouvoir pour la domination du monde. Les questions que cet affrontement pose sont multiples. Au nom de quels principes le pouvoir spirituel peut-il commander ? Avec quelles forces ? A quoi peut bien servir un pape ? Pourquoi les richesses de l'Eglise échapperaient-elles à un pouvoir civil toujours plus autoritaire et impécunieux ?

Haut de page