Byzance la Secrète

Pascal Dayez-Burgeon

A en croire l'amusante Désencyclopédie en ligne qui parodie ironiquement Wikipédia : « L'Empire byzantin est un truc que personne ne connaît, dont personne n'a rien à faire, et qui a pour principale propriété d'être incroyablement compliqué et ennuyeux. » C'est évidemment une plaisanterie, correspondant pourtant à ce que beaucoup de monde pense sans oser l'avouer. L'objectif du présent ouvrage est de s'inscrire en faux contre ces représentations, sans pour autant refaire un précis d'histoire byzantine, ni rédiger un nouveau panégyrique de Byzance : il en existe assez, et d'excellents. L'idée est plutôt de souligner la modernité de Byzance, qui a fait face à des défis toujours actuels : le despotisme, le fanatisme, le rapport complexe avec l'Orient. Ce qui est passionnant pour nous, c'est de voir comment Byzance y a répondu pendant un millénaire. Comme il ne pouvait être question d'être exhaustif, l'auteur a choisi de se concentrer sur les moments essentiels, dans dix-huit chapitres pédagogiques mais sans concession et résolument hostiles aux clichés : non, Istanbul n'est pas le nom turc de Constantinople, Théodora n'était pas montreuse d'ours et Byzance ne rime pas forcément avec exubérance, décadence et manigances. Lire la suite

328 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x210

TX CH 2#xA;Ce livre souligne la modernité de Byzance, qui a fait face à des défis toujours actuels : le despotisme, le fanatisme, le rapport complexe avec l'Orient. Il est intéressant de voir comment Byzance y a répondu pendant un millénaire. Comme il ne pouvait être question d'être exhaustif, Pascal Dayez-Burgeon a choisi de se concentrer sur les moments essentiels, dans dix-huit chapitres pédagogiques mais sans concession et résolument hostiles aux clichés : non, Istanbul n'est pas le nom turc de Constantinople, Théodora n'était pas montreuse d'ours et Byzance ne rime pas forcément avec exubérance, décadence et manigances.

Chapeau

Citation presse

Haut de page