Philippe Henriot

Christian Delporte

Comment devient-on Philippe Henriot ? Comment le catholicisme français peut-il nourrir de tels dévoiements, qui conduisent à la trahison de son pays ? Christian Delporte retrace le parcours de celui qui, au faîte de sa carrière, est devenu le chroniqueur incontournable de Radio-Paris, exhortant chaque jour les Français à la soumission devant l'occupant. Au coeur de la guerre, il est, après Pétain et Laval, la personnalité préférée des Français. Et en rupture avec les clichés, les archives inédites éclairent son rôle dans la France de Vichy : les rapports des R.G. nuancent considérablement son influence auprès des Français, en particulier auprès des ouvriers et des paysans ; l'enquête détaillée minute par minute sur sa mort, en juin 1944, sous les balles d'un « commando » venu de Londres ; la bataille de la mémoire encore vive aujourd'hui à son sujet. A travers Philippe Henriot vivent tous les « démons » français qui resurgissent à chaque crise de la nation : la nostalgie d'un passé glorieux imaginaire, une France seulement chrétienne et l'idée du déclinisme... Lire la suite

400 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 152x240

Chapeau

Citation presse

Coulisses

Comment devient-on Philippe Henriot ? Christian Delporte retrace le parcours de celui qui, au faîte de sa carrière, est devenu le chroniqueur incontournable de Radio-Paris, exhortant chaque jour les Français à la soumission devant l'occupant. Au coeur de la guerre, il est, après Pétain et Laval, la personnalité préférée des Français. Et en rupture avec les clichés, les archives inédites éclairent son rôle dans la France de Vichy : les rapports des R.G. nuancent considérablement son influence auprès des Français, en particulier auprès des ouvriers et des paysans ; l'enquête détaillée minute par minute sur sa mort, en juin 1944, sous les balles d'un « commando » venu de Londres ; la bataille de la mémoire encore vive aujourd'hui à son sujet. A travers Philippe Henriot vivent tous les « démons » français qui resurgissent à chaque crise de la nation : la nostalgie d'un passé glorieux imaginaire, une France seulement chrétienne et l'idée du déclinisme...

Haut de page