Atlas de Rome et des barbares

Hervé Inglebert

Longtemps perçue comme une rupture et la conséquence d'une période de décadence, la chute de Rome face aux barbares à la fin du Ve siècle est en fait un long processus militaire, politique et social, original et complexe, et non un effondrement subit. Plus de cent cartes et infographies permettront de décrypter cet événement, considéré comme l'un des éléments majeurs de la formation de l'Europe. Pour la puissance impériale, les barbares sont des peuples inférieurs, à conquérir puis à intégrer : en Orient, le pouvoir romain doit défendre son territoire face à la menace d'un ennemi puissant et des migrations des peuples germaniques. En Occident, la puissance déclinante de Rome empêche de venir à bout des Wisignoths, Vandales ou Ostrogoths installés dans l'Empire. L'essor du christianisme permet un rapprochement culturel entre Germains et Romains (création de royaumes romano-barbares : Gaule, Hispanie, Afrique). Lire la suite

96 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 170x245

Longtemps perçue comme une rupture et la conséquence d'une période de décadence, la chute de Rome face aux barbares à la fin du Ve siècle est en fait un long processus militaire, politique et social, original et complexe, et non un effondrement subit. Professeur d'histoire romaine à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et membre senior de l'Institut universitaire de France, Hervé Inglebert a conçu cet atlas didactique qui, grâce à plus de cent cartes et infographies, permet de décrypter cet événement, unanimement considéré comme l'un des éléments majeurs de la formation de l'Europe.

Chapeau

L'Empire romain fut une puissance considérable mais de nombreuses forces, internes et externes, provoquèrent sa chute.

Citation presse

Haut de page