Le Tribunal révolutionnaire

Antoine Boulant

Le 10 mars 1793, la Convention nationale instituait un tribunal criminel destiné à réprimer « toute entreprise contre-révolutionnaire » et « tout attentat contre la liberté, l'égalité, l'unité, l'indivisibilité de la République ». Installé dans le Palais de justice de l'île de la Cité, il allait faire comparaître plus de quatre mille personnes pendant seize mois, et en condamner près des deux tiers à la peine capitale. Dominé par la figure de son accusateur public, Fouquier-Tinville, il est devenu le symbole de l'arbitraire judiciaire. S'appuyant sur les travaux les plus récents et sur des documents inédits, cet ouvrage renouvelle notre vision du Tribunal révolutionnaire. Tout en proposant un récit détaillé des grands procès politiques, en particulier ceux de Marie-Antoinette, des Girondins et de Danton, Antoine Boulant offre une analyse de la composition, du fonctionnement et de la logique d'une juridiction entièrement soumise au pouvoir politique, progressivement entraînée dans une spirale meurtrière. Lire la suite

320 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 140x210

Chapeau

Le Tribunal révolutionnaire fut le bras armé de la Terreur. Devant lui, comparurent des milliers d'accusés, parmi lesquels Marie-Antoinette, Danton, les Girondins. Peu d'entre eux sauvèrent leur tête.

Citation presse

Haut de page