Comment l'Empire romain s'est effondré

Kyle Harper

Ce livre propose un autre récit de la chute de Rome, faisant des puissances de la nature un acteur essentiel de son destin. Changements climatiques, éruptions et bactéries ont largement pesé dans la décimation de l'Empire, marquant la période qui s'étend du VIe au VIIe siècle, comme la plus grande régression de toute l'histoire de l'humanité en matière de population. Comment Rome est-elle passée d'un million d'habitants à 20 000 (à peine de quoi remplir un angle du Colisée) ? On ne peut plus désormais raconter l'histoire de la chute de Rome en faisant comme si l'environnement (climat, bacilles mortels) était resté stable. L'Empire tardif a été le moment d'un changement décisif : la fin de l'Optimum climatique romain qui, plus humide, avait été une bénédiction pour toute la région méditerranéenne. Les changements climatiques ont favorisé l'évolution des germes, comme Yersinia pestis, le bacille de la peste bubonique. Lire la suite

544 pages | Couverture brochée en couleurs | Format: 154x240

Chapeau

Après avoir durablement dominé le monde, l'Empire romain n'en finit pas de s'effondrer, miné par ses contradictions internes et par l'appétit féroce de ses voisins.

Citation texte

« Les graphiques, les notes, les deux annexes ne doivent pas effrayer : la lecture de ce livre est aisée. Cet universitaire américain propose une autre histoire de la fin de l'Empire romain, celle, oubliée, du climat, de ses variations et de ses répercussions. » Le Figaro Histoire

Haut de page